" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les chroniques du GROS joggeur

Les chroniques du GROS joggeur

Bienvenue sur ce blog dédié à ma pratique de la course à pied. Courant entre 70 et 80 kilomètres par semaine, je vous raconte ici mes courses, mes préparations et ma vie de coureur. Bonne lecture!


Les Foulées du 12ème: sous le cagnard...on ne lâche RIEN!

Publié par Legrosjoggeur sur 16 Juin 2013, 18:05pm

Catégories : #Mes courses

Les Foulées du 12ème: sous le cagnard...on ne lâche RIEN!

Après avoir très correctement disputé la Foulée Verte de Marolles-en-Brie, je suis passé en mode 10km avec comme objectif les Foulées du 12ème. Pris par une obligation familiale, je zappe la Course du Château où nombre de mes amis se sont illustrés de fort belle manière. C'est donc ce dimanche 16 juin que je vais clôturer mes courses en "performance". L'an passé, j'avais fini cette course totalement écoeuré et épuisé. Pour cette édition 2013, je mets tous les atouts de mon côté en mixant travail et récupération sans plan précis.
 

J'arrive à 8h45 ce dimanche matin au vélodrome de la Cipale. Il fait beau et déjà très bon. Contrairement à l'an passé (couvert et un peu lourd), nous avons un vrai temps de fin de printemps. J'ai le plaisir de voir mes amis Jean-Pierre, Gilbert ainsi que Gérard Martin venu en observateur-supporteur.
Après les formalités d'usage, je pars m'échauffer une vingtaine de minutes et une conclusion s'impose: la température grimpe plutôt vite. Méfiance....
Vu qu'il n'y aura pas de temps réel, je me positionne pas trop loin de la ligne de départ mais je laisse naturellement celle-ci aux flèches du peloton. Il est 9h25 (le départ est prévu à 9h45) et il y a déjà une foule compacte. Le speaker annonce un record : 1008 runners inscrits. Attention à la bousculade au départ...
Je retrouve avec plaisir mon pote Eric (en spectateur après son carton de la semaine passée), ainsi que le sage Pierrot toujours aussi zen. Greg Runner est aussi de la partie.
A 9h45, le départ est donné!

 

Le parcours

Inchangé par rapport à l'an passé, il reste assez plat malgré quelques faux-plats un peu cassants. En revanche, quelques virages à 180° obligent à effectuer des relances très peu agréables. A part ça, le bitume est de piètre qualité mais ça sera toujours mieux que la boue de Marolles...

Parcours des Foulées du 12ème

Parcours des Foulées du 12ème

La Course

Ayant l'objectif de faire le mieux possible, je me suis fixé trois objectifs dont le plus bas consiste à courir en moins de 44 minutes. Ensuite, battre mon record personnel et pourquoi pas m'approcher des 43'20". Dans ce cas, il faudrait que je passe à mi-course en 21'40" soit 4'20"/km, très faisable au vu de mes derniers entraînements... Quoiqu'il en soit, je ne lâcherai rien et mon chrono de l'an passé (46'12"...) volera en éclats. Pour l'occasion, j'enfilerai une paire de chaussures dont je vous parlerai bientôt...

Un départ plutôt rapide

Dès le coup de feu, les fusées sont lancées. Pour ma part, je trouve rapidement mon rythme tout en évitant de percuter tel ou tel participant. Une chose est sûre: il fait déjà chaud (18°C à l'ombre) mais cela va encore. Je boucle le premier kilomètre en 4'19": parfaitement dans le ton. J'ai le plaisir de croiser une amie d'OVS, Laëtitia, qui vise autour des 44' mais qui est partie COMME UNE BOMBE. Elle terminera deuxième Vétéran Femme 1, bravo à elle! Pour pa part, j'accélère à peine et termine le second kilomètre en 4'14"/km. Mes jambes sont plutôt bonnes mais le soleil tape... Paramètre non négligeable...

 

Au Km2 (Crédit photo: Eric Ouaknin)

Au Km2 (Crédit photo: Eric Ouaknin)

Début de cuisson...

Il est toujours agréable de profiter du soleil mais la chaleur étant le pire ennemi du runner, force est de constater que le peloton commence à être bien frit, tout comme votre serviteur. D'un seul coup, je commence à sentir mon allure diminuer sans que j'y sois pour quelque chose. Ah si, je me suis globalement entraîné par des températures vraiment fraîches et ce depuis quelques mois, donc forcément, dès que le mercure grimpe....
Posté près de la Route de Ceinture du Lac Daumesnil, mon frère runner, Renaud a la gentillesse de m'accompagner quelques centaines de mètres, juste le temps de constater que je commence à roussir. Impression confirmée par un très moche intervalle: km3 bouclé en 4'30". A ce moment-là, les choses sont claires: il n'y aura pas de chrono fantastique. Le soleil est bien haut dans le ciel et je sais qu'il ne faut pas jouer avec le feu. A défaut d'accélérer, je vais donc tenter d'assurer. 

 

Ne pas se mettre en danger

Les choses étant bien claires, je me contente de gérer une allure convenable pour ne pas perdre trop de temps. Malgré le cagnard, j'avance correctement (4'24" au km4) mais la ligne d'équilibre est mince. A ma très grande surprise, je dépasse une fille du club de Gérard totalement à l'arrêt (malade).  Je sais pertinemment qu'en essayant de retrouver l'allure escomptée en début de course (4'20"), je risque de payer une addition bien salée, alors je reste tranquille et je passe à mi-course en 21'51". Les 43'20" sont à oublier mais par contre, je peux encore réaliser un sub 44 minutes si je ne flanche pas. J'ai le plaisir de voir Benoît César ainsi que Duduche sur l'avenue de Gravelle et leurs encouragements me font du bien...tout comme la bouteille d'eau que je prends à la volée pour rafraîchir mon gosier, ainsi que ma tête et mes bras...

 

En mode résistance

Cette seconde partie de course est celle de tous les dangers. Tous les runners ont le visage éprouvé. Personnellement, mes jambes vont bien, je n'ai aucune douleur mais je reste toujours à la recherche de l'équilibre. Au Croisement de la route Dom-Perignon/Route du Bac, Eric m'encourage à tenir, tout comme mes amis du dimanche matin (Karine, Renaud, Julien, Pierre et Pathé) postés un peu plus loin.  Effectivement, je ne lâche rien et je reste dans le match (km 6 et 7 à 4'23"/km de moyenne). Par contre, je sais que je rentre dans le territoire hostile du 10 bornes. Ce kilomètre 8 qui décide de tout...

Au km6, ça chauffe de plus en plus (Crédit photo: Eric Ouaknin)

Au km6, ça chauffe de plus en plus (Crédit photo: Eric Ouaknin)

On ne lâche RIEN (mais RIEN du tout!)

Cette portion de la Route de Ceinture du Lac Daumesnil n'est pas protégée et hyperexposée au soleil. En toute honnêteté, mon thermostat corporel est passé au niveau 9. Je suis dans le DUR, mais je résiste tant que je peux. Impossible d'accélèrer, pas de folies. A ce moment précis, je sens le chronomètre filer (km8: 4'26"). Encore pire, je risque de finir la course comme l'an passé: une veritable purge, un abominable fricot de running...Pas question! Il y a un mois jour pour jour, j'ai vécu la pire journée de ma vie et rien que pour ça je me dois d'être à la hauteur. Certes, mais le virage ultra casse-pattes de ce neuvième kilomètre risque d'être mon chant du cygne tout comme le faux-plat montant de la Route du Bac. Je suis cuit et même le sub 44 minutes semble hors de portée au vu de mes forces du moment (km9: 4'28"...)

Bernard en mode survivor au Km9 (Crédit Photo: Michel Richard)

Bernard en mode survivor au Km9 (Crédit Photo: Michel Richard)

Malgré mon état de cuisson en phase terminale (je suis franchement bien rôti, prêt à être dégusté), je me remets dans le sens de la route en accélérant à la fin de la route du Bac. Cependant, le virage menant à l'Avenue de Gravelle me casse une nouvelle fois les pattes. Pas comme ce vétéran 1 qui me double au train et qui semble me double irrémédiablement. Mais...mais..., je relance la machine sans me poser plus de questions, encouragé par Benoît et Duduche, fort opportunément placés à 250 mètres du but. J'arrive à la hauteur du vétéran et mieux encore, je le déborde et c'est là que je vais disputer le sprint le plus rapide de ma vie de runner (29ème course en ce jour)

Au Sprint sur le Vélodrome de la Cipale à quelques dizaines de mètres du but (Crédit photo: Eric Ouaknin)

Au Sprint sur le Vélodrome de la Cipale à quelques dizaines de mètres du but (Crédit photo: Eric Ouaknin)

Quelques jours avant les Foulées du 12ème de l'an passé, mon ami Philippe Albinet m'avait dit que l'entrée sur le vélodrome de la Cipale était tout simplement mythique. Bon, l'an passé, j'étais rentré en mode "escargot dégoûté". Cette année, changement radical, j'entre comme un prince dans ce magnifique anneau avec l'honneur infini de jouer la...179ème place avec un jeune homme de treize ans mon cadet. Au terme d'un magnifique mano à mano à plus de 20km/h, votre serviteur aura le dernier mot en franchissant la ligne d'arrivée en...43'42" (43'47" officiels)!!! Et oui, une seconde de mieux qu'aux 10km de l'Anorgend! 

 

Mes temps au kilomètre

Mes temps au kilomètre

Dans ces conditions, ce chrono me satisfait à plein. J'ai finalement su garder les réserves suffisantes pour confirmer mon chrono de la course de l'Anorgend. Qui sait s'il avait fait moins chaud? Mais c'était pareil pour tout le monde donc...
Après la course, je retrouve mes amis Eric, Pierrot (encore un bon chrono) ainsi que Gilbert (de retour parmi nous après une longue absence). Quant à Gérard, son débrief est plus que clair: même les cadors du peloton auront réalisé des performances en deça de leur niveau. J'ai également le plaisir d'être abordé par Olivier, lecteur du blog et fort sympathique (toutes mes salutations!).

Cette course me conforte au moins sur mon niveau actuel. Les 43 minutes tomberont plus tard...

 

Dans mon coeur pour toujours... Ta disparition brutale est le plus lourd des fardeaux...

Commenter cet article

Christophe P. 19/06/2013 21:58

Toujours aussi agréable tes récits de course Bernard ;-) Mille sabords 10/10 sur toute la ligne ! continue ...!!

Olivier 17/06/2013 22:22

Rencontre trés sympa!! Aussi modeste/abordable dans la vie que son blog est bien ecrit. Au plaisir de se revoir :-)

Sydoky 17/06/2013 17:45

Félicitations Bernard pour ce nouveau record qui plus est sous la chaleur !

Legrosjoggeur 17/06/2013 18:19

Merci, Sylvie!
Comme quoi, tout est possible!

Thepinkrunner 17/06/2013 06:51

Tu auras fait une superbe course qui conclut de fort belle manière ce 1er semestre 2013, BRAVO à toi!

Legrosjoggeur 17/06/2013 07:07

Merci, Philippe
Ces six premiers mois furent effectivement de belle facture
A confirmer à partir du mois de septembre!

Senrunner 16/06/2013 22:05

Beau récit et belle revanche sur l'année dernière. Bravo pour ce RP.

Legrosjoggeur 17/06/2013 07:07

Merci, Pathé

Ce fut dur mais au moins j'ai maintenu le niveau avec des conditions franchement hostiles :)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk')); // Twitter button !function(d,s,id){ var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0]; if(!d.getElementById(id)){ js=d.createElement(s); js.id=id; js.src="//platform.twitter.com/widgets.js"; fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs); } }(document,"script","twitter-wjs"); // Google + button window.___gcfg = {lang: 'fr'}; (function() { var po = document.createElement('script'); po.type = 'text/javascript'; po.async = true; po.src = '//apis.google.com/js/plusone.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(po, s); })();