" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les chroniques du GROS joggeur

Les chroniques du GROS joggeur

Bienvenue sur ce blog dédié à ma pratique de la course à pied. Courant entre 70 et 80 kilomètres par semaine, je vous raconte ici mes courses, mes préparations et ma vie de coureur. Bonne lecture!


Dans le rétro: Nantes 2014, la mauvaise préparation par excellence.

Publié par Le Gros Joggeur sur 1 Novembre 2015, 15:13pm

Catégories : #Le GROS joggeur

A l'occasion de mon arrivée dans la catégorie d'âge "Master Masculins 1" (anciennement appelée Vétérans 1), je me suis retourné sur mon petit passé de coureur. Ayant commencé à l'âge de 35 ans mais ayant couru 64 courses, je dirais que je commence à avoir un peu d'expérience.
Cela me permet de revenir sur ma plus mauvaise expérience de coureur: le marathon de Nantes 2014. Avec tout le recul nécessaire, je partage avec vous ma plus mauvaise préparation.

 

1. Un avertissement ignoré

Avec un record personnel de 42'57" sur 10km à cette époque, je m'entraîne dans l'optique de toucher les 42'30". Le 2 février 2014, je me présente sur la ligne de départ des Foulées de Vincennes avec confiance. Néanmoins, le scénario de la course me sera défavorable. Dans le dur à partir du km6, j'arrive à peine à augmenter ma marque en terminant en 42'53". Plus que le chrono, ce sont les très mauvaises sensations de cette course qui m'interpellent. Sur le moment, je mets cela sur le compte de la fatigue du jour...
 

A l'arrivée des Foulées de Vincennes 2014

A l'arrivée des Foulées de Vincennes 2014

2. Un chrono en trompe-l'oeil (1)

Une semaine après ces Foulées de Vincennes, je m'aligne sur ma distance préférée, le 15Km. Rien de mieux que les Foulées Charentonnaises pour partir à la chasse au record personnel. La course se passera de la meilleure des manière avec une nouvelle marque établie en 1h06'36", le 9 février 2014. Je finis plutôt frais et confiant. Sur le moment, je pense avoir retrouvé le bon groove. Je pense...

 

3. Des objectifs surestimés

J'attaque donc la préparation pour le marathon de Nantes avec un optimisime béat. Tant et si bien que j'ignore un beau syndrôme grippal qui m'alite pendant trois jours (arrêt de travail à la clé). Sans me rendre compte que je suis diminué, je reprends l'entraînement sur la base d'un marathon autour de 3h42 (théoriquement raccord avec mes records sur 10km et semi-marathon). Le 2 mars 2014, je dispute le semi-marathon de Fleurbaix en pensant réaliser 1h36. Cet objectif restera une illusion. J'entre dans le dur dès le km8 et je termine très difficilement en 1h39'42". Ce résultat me contrarie mais je reste optimiste en me disant que ma forme va monter crescendo.
 

Dans le dur pendant le Semi de Fleurbaix.

Dans le dur pendant le Semi de Fleurbaix.

Ceci d'autant plus que je me suis inscrit au Semi-marathon du Val de Marne (Nogent) qui a lieu deux semaines plus tard. Cette session de "rattrapage" ne sera en fait qu'une noyade absolue. Parti sur un objectif de 1h37', je termine péniblement en 1h39'42". Les ennuis gastriques subis pendant la course pourraient excuser cette contre-performance mais, avec le recul, le mal est plus profond. Toujours à la recherche de confiance, j'attend la course-référence car le temps presse.

 

 

Semi-marathon de Nogent: un regard TRES expressif.

Semi-marathon de Nogent: un regard TRES expressif.

4. Un chrono en trompe-l'oeil (2)

A l'origine, mon plan marathon incluait le traditionnel semi-marathon test à quatre semaines du but. Toutefois, le week-end du 29/30 mars 2014 ne comporte pas de semi-marathon à proximité. Du coup, je me replie sur un 15km: la Course du Printemps qui se déroule du côte de Voisins-le-Bretonneux. En terminant assez frais en 1h06'54", je me dis que le vent est en train de tourner....mais en fait, la défaite se construit patiemment. Je continue à m'entraîner sur un objectif compris eentre 3h40 et 3h45... Ouais...

 

5. La PUNITION

A Nantes, ce 27 avril 2014, je ramasse la plus belle fessée de ma vie de sportif. En outre, j'obère les très mauvaises conditions climatiques (vent et pluie très forts). Je passe à mi-course en 1h51' et je fais illusion jusqu'au 30ème kilomètre et là, c'est une explosion digne de l'usine AZF de Toulouse, le ... septembre 2001. Pour la toute première fois, j'envisage sérieusement d'abandonner mais finalement, je termine en 3h59'31". Cette course très mal préparée et totalement ratée aura des répercussions sur le reste de l'année 2014 où je ne ferai pas mieux que 43'14" sur 10km, 1h08' sur 15km et 1h37' sur semi. Le compte est bon.

Un instantané de mon impuissance total au km36 du marathon de Nantes.

Un instantané de mon impuissance total au km36 du marathon de Nantes.

Conclusion:

Je ne passe pas par quatre chemins pour admettre que j'ai fait n'importe quoi pendant cette préparation:

- Trop de courses et donc une planification déficiente
- Un volume kilométrique hebdomadaire trop faible
- Un objectif final trop élevé
- Ignorance des signaux envoyés par mon corps (grippe)
- Une gestion du jour J catastrophique.

Avec le recul, ce très mauvais souvenir m'aura malgré tout forgé mais il m'a fallu plusieurs mois pour le digérer. A la fin de mon compte-rendu du Marathon de Nantes, j'avais dit de manière très immature que je n'avais jamais subi la préparation marathon. 18 mois plus tard, force est de constater qu'il n'en était rien, bien au contraire...
 

Commenter cet article

sophielastyliste 02/12/2015 10:56

J'ai subi la même chose l'an dernier. Fatigues cumulées, excès de confiance…Mais une grosse claque au 10 a suffit à me recadrer. J'ai accepté sur les bons conseils d'amis runners avec expérience de me reposer vraiment avant d'entamer une nouvelle prépa marathon. Ça a marché. Plus de 15 jours d'arrêt suivis d'une prépa dosée au millimètre et un chrono explosé au final ( je préparais 3h30 j'ai fait 3h23). Vu comment j'ai eu du mal à digérer mon 10 km subi je ne sais pas dans quel état de colère (contre moi même ) m'aurait mis un marathon foireux ! Belle analyse en tout cas. - Je viens depuis Progcoureur :) -

Le Gros Joggeur 02/12/2015 23:08

Bien venue Sophie et bravo pour ton chrono.
Effectivement, cette méga contre-perf avait massacré mon année 2014.
J'ai bien retenu la leçon ;)

Ganerick 30/11/2015 15:19

C'est déjà très bien de s'auto analyser. Tu ne pourras qu'en tirer des bénéfices pour les courses à venir.

Le Gros Joggeur 02/12/2015 23:07

Effectivement, Ganerick, cette expérience m'a beaucoup servi pour réussir cette année 2015.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk')); // Twitter button !function(d,s,id){ var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0]; if(!d.getElementById(id)){ js=d.createElement(s); js.id=id; js.src="//platform.twitter.com/widgets.js"; fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs); } }(document,"script","twitter-wjs"); // Google + button window.___gcfg = {lang: 'fr'}; (function() { var po = document.createElement('script'); po.type = 'text/javascript'; po.async = true; po.src = '//apis.google.com/js/plusone.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(po, s); })();