" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les chroniques du GROS joggeur

Les chroniques du GROS joggeur

Bienvenue sur ce blog dédié à ma pratique de la course à pied. Courant entre 70 et 80 kilomètres par semaine, je vous raconte ici mes courses, mes préparations et ma vie de coureur. Bonne lecture!


Les (mauvais) conseilleurs ne sont pas les payeurs...

Publié par Le Gros Joggeur sur 13 Septembre 2015, 10:46am

Catégories : #Les entraînements

Je n'hésite absolument pas à partager mes séances et leur contenu de manière complète. D'autres coureurs le font et ainsi, cela donne lieu à des échanges passionnés mais aussi à quelques débordements au mieux drôles et au pire...regrettables.

Au fur et à mesure que les objectifs arrivent, il m'arrive (ainsi qu'à d'autres) d'annoncer des objectifs chronométriques. Dans mon cas, l'expérience aidant, je fixe des cibles correspondant aux entraînements et aux temps obtenus sur les distances inférieures (par exemple: 40' sur 10km correspondent peu ou prou à 1h30 sur semi, etc...). Tout cela en accord avec mon coach.
 

Cependant, le fait de rendre public ses entraînements donne la possibilité à de nombreuses personnes d'émettre des pronostics. La plupart des intervenants connaissent le prix de l'effort et savent comment les choses se passent. Mais tous ne font pas preuve de raison, loin de là...

En quatre années de pratique, j'ai acquis une certitude: "Les conseilleurs ne sont pas les payeurs". Je vous livre ici ma petite typologie des pronostiqueurs capables de faire preuve de bon sens et...de mauvaise foi!

 

1. Les sages

Les (mauvais) conseilleurs ne sont pas les payeurs...

Ces personnes sont des coureurs qui ne laissent rien au hasard. La plupart d'entre eux arpentent le bitume depuis de nombreuses années et ont acquis une expérience précieuse. Du coup, ils ont toute légitimité pour donner une opinion sur la qualité de votre entraînement et des objectifs envisageables. J'ai eu la chance de bénificier de leurs conseils et cela m'a bien fait progresser. Ces sages ne vous sur-estimeront jamais et à peu de choses près sont capables de bien vous évaluer. Dans la jungle des pronostiqueurs, leur pragmatisme tranche souvent avec l'enthousiasme débordant de certains. Il est à noter que ces sages ne font pas obligatoirement partie de votre cercle rapproché d'amis. Cela est à souligner.

Attention: leur réalisme peut paraître quelques fois glacial (surtout quand vous êtes objectivement en pleine progression). Néanmoins, la prudence permet aussi d'établir des fondations solides.

 

2. Les hyper-optmistes (ou foufous)

Les (mauvais) conseilleurs ne sont pas les payeurs...

Ces personnes font très souvent partie du premier cercle des supporters, voire amis. Il faut avoir un certain recul pour ne pas céder à leur enthousiasme brûlant et dévorant (encore plus quand on est un jeune coureur en pleine progression). J'ai assisté à des estimations vraiment surréalistes tel qu'un objectif de 3h59 au marathon après avoir couru un semi au taquet en 1h55...Cet exemple peut être décliné à l'infini) . Il suffira d'une séance réussie à leurs yeux pour vous voir atteindre le nirvana alors qu'une progression se construit avec patience. 

L'ultra-optimiste semble parfois plus pressé que vous-même. Comme s'il fallait franchir 3 marches au lieu d'une. Néanmois, on ne peut l'accuser de malice. Il ne vous souhaite que le meilleur mais d'une manière très maladroite...pas comme certains...

 

3. Les scélérats et faux-amis

Les (mauvais) conseilleurs ne sont pas les payeurs...

Tapies dans l'ombre mais faisant semblant d'être vos alliés, ces personnes-là vous surestiment clairement. Dans quel but? Votre échec, tout simplement. Leurs encouragements ne sont qu'une manière déguisée de vous envoyer dans le mur. Si vous les écoutez, votre course sera gâchée. Si on lit bien entre les lignes, le phénomène est récurrent. Avez-vous remarqué ceci? Lorsqu'un coureur (ou une coureuse) annonce un objectif clairement hors de portée (2h59 au marathon quand on vaut à peine 1h30 au semi), vous trouverez certes des personnes pour lui dire que son objectif est une fantaisie....mais vous en trouverez bien plus pour lui dire que c'est possible!!! Pure méchanceté. Ces personnes sont capables de ricaner de vos échecs.

Pendant ma préparation pour le marathon de Rotterdam 2015, une personne intervenait très souvent en me disant  "si tu ne fais pas 3h15, c'est à ne rien y comprendre". Connaissant ses intentions, je ne l'ai pas écouté et grand-bien m'en a pris. La "famille" de la course à pied comporte bien des scories...

 

Prudence, amis coureurs, prudence.

Commenter cet article

Olivier 02/10/2016 20:34

100% d'accord avec cette analyse très intéressante !
Je suis d'un naturel optimiste sur la nature humaine alors je pense que la majorité se trouve dans les 2 premières catégories, mais les 3 catégories sont parfaitement décrites. La 2ème est pardonnée car elle se veut bienveillante.

moncoach.com 09/05/2016 12:30

C'est vrai...Merci pour cet article.

Sandrine 09/02/2016 11:05

Je n'avais pas lu ce post. Que notre sport est beau ! Je l'aime pour tout ce qu'il nous apporte et nous fait vivre d'incroyable et de fort ! Le dépassement de soi : je n'aurai jamais pensé être capable de faire tout ce que j'ai fait et tout ce que je fais encore. Je suis fière de moi, de ma volonté et de ma détermination. Et puis il y a tous ces parasites qui voudraient gâcher notre plaisir. Ils gravitent autour de nous et reviennent inlassablement se rappeler à nous. Il faut les fuir et se préserver. Trop de jaloux. Trop de jugements hâtifs. Trop de conclusions évidentes. Le plaisir de courir est bien trop souvent oublié. Il faut toujours et sans cesse se justifier...que c'est lassant !
Continue à suivre ton chemin comme tu le fais ! Je suis très admirative de ta régularité et de ta détermination !! :)

Le Gros Joggeur 12/02/2016 21:02

Merci, Sandrine. Venant de toi qui m'a tant inspiré, je suis très touché :)

Rohnny 15/09/2015 21:40

Tu as milles fois raison avec ce post :-)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk')); // Twitter button !function(d,s,id){ var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0]; if(!d.getElementById(id)){ js=d.createElement(s); js.id=id; js.src="//platform.twitter.com/widgets.js"; fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs); } }(document,"script","twitter-wjs"); // Google + button window.___gcfg = {lang: 'fr'}; (function() { var po = document.createElement('script'); po.type = 'text/javascript'; po.async = true; po.src = '//apis.google.com/js/plusone.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(po, s); })();