" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les chroniques du GROS joggeur

Les chroniques du GROS joggeur

Bienvenue sur ce blog dédié à ma pratique de la course à pied. Courant entre 70 et 80 kilomètres par semaine, je vous raconte ici mes courses, mes préparations et ma vie de coureur. Bonne lecture!


#52. Les 20km de Paris 2014: pas terrible!

Publié par Legrosjoggeur sur 19 Octobre 2014, 14:07pm

Catégories : #Mes courses

#52. Les 20km de Paris 2014: pas terrible!

Deux semaines après un semi du Val d'Europe très correct, je remets le couvert avec les 20 km de Paris. Connaissant mon goût très relatif pour les courses de masse, j'imagine déjà les regards sceptiques de certains lecteurs et amis! Comme l'an passé, le dossard m'est offert. Ce coup-ci, c'est l'agence North Communication qui m'offre l"hospitalité", merci à eux. Le suivi est très sérieux et Benoît L. fait le nécessaire pour que je sois inscrit dans le Sas Préférentiel 2 (eu égard à mon temps de 1h32'11" réalisé l'année dernière).

 

Le vendredi 10 octobre, je me présente au Village de la Course situé en face de l'Ecole Militaire. J'ai plutôt bien vu car il y a peu de monde et j'évite donc toute bousculade. Comme toujours, je rencontre pas mal de camarades runners et nous devisons sur nos états de forme respectifs: tout à l'air de bien se passer  mais ce n'est pas non plus le gros rendez-vous de l'année. Dans le camion Presse, je rencontre pour la première fois Claire F. qui est chargée de donner les accréditations Presse et surtout les passes VIP pour dimanche. En effet, le jour de la course, l'Espace Partenaires ne sera accessible qu'avec ce bracelet vert! S'ensuit une conversation très sympa. Après tout cela, ,je rentre tranquillement et reprends une vie normale...jusqu'à dimanche matin.

 

 

 

Avec Claire de l'agence North

Avec Claire de l'agence North

Ce dimanche 12 octobre, j'arrive vers 8h15 au village partenaires. Je montre patte blanche (mon fameux bracelet vert) au vigile et j'accède ainsi à cette zone très confortable qui abrite les tentes des sponsors et d'autres facilités. Je rejoins le stand de la Team Presse où je retrouve Benoît L. avec lequel j'ai également correspondu en amont de l'évènement. Quelques têtes connues sont déjà présentes telles la blogueuse Nadia ou encore Philippe alias Jahom. Je commets ma première erreur de la matinée en...sirotant un petit thé qui me causera quelques souci un peu plus tard.  Je salue avec grand plaisir un autre gabarit du running, Nicolas Gardon, toujours partagé entre sa passion pour le squash et le running. Peu de temps après, Julien Bartoli (2h25 au marathon de Berlin) fait son apparition et nous échangeons sur nos objectifs de la matinée.

 

Après tout cela, je pars en direction du Stade Emile Anthoine, lieu des consignes pour les autres coureurs. A 9h00, il y a forcément beaucoup de monde et je commence à me sentir à l'étroit (forcement, à peine 15 jours après avoir disputé une course avec moins de 600 participants...). Je devais y retrouver mon ami Eric mais finalement, nous nous verrons plus tard...

Après un échauffement vraiment succinct, je rejoins le Pont d'Iéna, lieu de départ de la course. A 9h30, il y a déjà beaucoup de monde mais contrairement à l'an passé, il y a beaucoup plus de fluidité et moins de bousculades. J'entre tranquillement dans mon SAS et y croise quelques amis. Eric me retrouve rapidement et nous ferons la course ensemble. Le thé que j'avais bu un peu plus tôt fait pleinement son effet je remercie ici le runner qui m'a donné sa bouteille vide afin que je puisse me soulager...

Mes impressions sont étranges. Je n'ai aucun stress mais mes mains sont déjà moites. Les conditions de course sont pratiquements idéales (Ciel couvert-13°C) mais il fait un peu lourd (à mon sens), nous verrons bien. A 10h00, le départ est donné et...près de 25000 coureurs sont lâchés!

 

Le parcours:

 

 

Parcours des 20km de Paris

Parcours des 20km de Paris

Il est inchangé par rapport à l'an dernier. Pas forcément le plus roulant de tous (grosse butte dès les premiers hectomètres et tunnels routiers dans le dernier tiers du parcours) mais pas difficile. A mon avis, ce parcours propose une bien meilleure mise en valeur de de la capitale qu'au semi de Paris. Attention à la dernière montée sur le Quai Branly car il faudra garder suffisamment de jeu pour le sprint final.

 

Mon objectif: Réaliser au moins le chrono de l'an passé: 1h32 et pourquoi pas mieux. Il faudra passer autour de 23'30" aux 5km, 46'30" aux km10 et accélérer si possible.

 

La course

 

Départ-5 km: Dans le ton

Progression Départ-Km5

Progression Départ-Km5

Les avenues des Nations-Unies et du Président Wilson sont en montée et je gère tranquillement ce départ plutôt dense. J'évite les coups de coudes en tous genres et arrive même à suivre la ligne verte du parcours officiel. Comme l'an passé, le premier kilomètre est franchi très lentement (5'21"/km) mais nous le savions. C'est surtout en arrivant sur l'avenue Foch que nous prendrons plaisir à courir. Nous doublons déjà pas mal de runners à l'arrêt mais les choses semblent déjà être décantées.

Arrivés dans le Bois de Boulogne, nous sommes doublés par Jean-Pierre, en pleine prépa pour son marathon de New York. Nous échangeons quelques amabilités et il part terminer la course en 1h27, tranquille pour lui. Décidément, cette portion de la course est le rendez-vous des blogueurs car c'est Bastien qui se met à ma hauteur, ce coup-ci. En revanche, il s'estime totalement hors de forme car il a très peu couru ces derniers temps.

Au km 5, nous passons totalement dans les temps escomptés en 23'33" mais je ne suis clairement pas au top.

 

Km6-10: On se maintient

Progression Km6-10

Progression Km6-10

Après ces premiers 5000 mètres, une fine pluie se met à tomber. Cependant, je me rends compte que ce n'est pas elle qui a trempé mon débardeur mais la lourdeur du temps!
Bref, il va falloir gérer ça. Je prends au vol une bouteille au ravito et un sucre et je repars en évitant la bousculade (Ami runner, petit conseil, vas te ravitailler en bout de table et non pas au début!).

Je tiens globalement l'allure sur ce deuxième 5000, si on excepte la montée de Longchamp (mais je n'y perds que très peu de temps). La bascule pavée vers Auteuil reste toujours aussi peu agréable mais le travail est fait. Une chose est sûre et certaine, je ne suis pas au mieux. Je maintiens l'allure mais je ne peux pas franchement accélérer.  Je franchis le km 10 en 46'45" en sachant déjà que les 92 minutes sont compromises.

 

Km11-15: Etre lucide

Progression Km11-15

Progression Km11-15

Au km11, j'ai la surprise de voir un coureur pieds nus évoluer à une bonne allure. Certes, nous le doublons mais il semble vraiment facile. Nous sommes à présent sur les quais et sans être à la ramasse, ça ne va pas très fort. De plus, mon GPS me joue quelques tours en me donnant des allures au km qui ne collent pas à la réalité ,comme au km 13 où je crois être dans la cible alors que je perds du terrain.

Toujours incapable de relancer, j'attends juste le moment où j'accepterai de vraiment ralentir, d'autant plus que je transpire à grosses gouttes. Juste avant le km15, le premier tunnel me scie littéralement les jambes et mon temps de passage de 1h09'50" aux trois-quarts de la course n'est qu'un leurre: je suis tout simplement FATIGUE!

 

km 16-Arrivée: Surtout ne pas se faire mal

km 16-Arrivée: Surtout ne pas se faire mal

Il est fort possible que le semi de Val d'Europe ait laissé plus de traces qu'il n'y paraissait. En attendant, mon GPS fait encore des siennes en m'annonçant un 5'06" au km16 assez fantaisiste (je topes mes kilomètres manuellement). C'est probablement une erreur de tracé car mon km 17 n'est sûrement pas aussi "rapide" (4'38"/km, impossible que j'aie pu relancer aussi fort à ce stade de la course). Les tunnels me cassent vraiment les jambes et je n'ai d'autre choix que de m'adapter. Cependant, je ne m'effondre pas non plus et j'arrive à assurer un rythme raisonnable.

 

 

Au km20, à l'entrée sur le Quai Branly

Au km20, à l'entrée sur le Quai Branly

En entrant sur le quai d'Orsay, je relance un peu pour terminer correctement la course correctement. La débandade entrevue quelques instants n'aura finalement pas lieu et je finis finalement frais (voir photo) en 1h33'54".

Après avoir reçu ma (très belle) médaille, je ne perds pas de temps sur la ligne pour ne pas attraper froid (trempé, en débardeur..et par 13°C...) et je regagne le village Partenaires. Autour d'un bon ravito, je refais la course avec d'autres coureurs.
Il en ressors tout de même que je n'ai pas été le seul à avoir ressenti le temps lourd, même si certains ont été à leur avantage.

 

Pour ma part, je me contente de ce chrono qui n'a absolument pas menti sur mes capacités du jour. Malgré mon aversion pour les courses de masse, c'était tout de même sympa de gambarder à travers Paris et ce très beau parcours.

 

Merci à Claire F. et Benoît L. pour leur disponibilité et leur gentillesse!

Commenter cet article

Elodie 12/11/2014 13:01

Jolie récit. Tu m'as fait rire avec ta bouteille d'eau ;)

Bernard le gros joggeur 12/11/2014 17:56

Et oui, Elodie.
C'est plus simple pour nous, les garçons ;)

Rohnny 26/10/2014 09:29

Pas toujours évident de gérer les conditions météos. Belle course, bravo à toi.

Fire Rasta 22/10/2014 05:45

L'important n'est pas le chrono sur une course comme celle là mais plutôt de profiter de l'occasion pour courir dans Paris et profiter également du pas VIP pour voir la course sous un autre angle
bon courage pour la suite

João Paulo Ribeiro 20/10/2014 15:03

On doit s'adapter aux conditions climatiques qui ne sont pas souvent idéales mais surprenantes. J'ai également trouvé le temps un peu lourd mais pas très (cela rappelle certaines courses en été). Il faut se méfier des thés à effet diurétiques avant une course !

Bernard le gros joggeur 20/10/2014 19:08

Effectivement, il faut s'adapter, Joao.
Plus jamais de thé avant de courir, ça c'est sûr.
Bravo pour ta course ;)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk')); // Twitter button !function(d,s,id){ var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0]; if(!d.getElementById(id)){ js=d.createElement(s); js.id=id; js.src="//platform.twitter.com/widgets.js"; fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs); } }(document,"script","twitter-wjs"); // Google + button window.___gcfg = {lang: 'fr'}; (function() { var po = document.createElement('script'); po.type = 'text/javascript'; po.async = true; po.src = '//apis.google.com/js/plusone.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(po, s); })();