" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les chroniques du GROS joggeur

Les chroniques du GROS joggeur

Bienvenue sur ce blog dédié à ma pratique de la course à pied. Courant entre 70 et 80 kilomètres par semaine, je vous raconte ici mes courses, mes préparations et ma vie de coureur. Bonne lecture!


#45. Marathon de Nantes 2014: une bonne purge!

Publié par Legrosjoggeur sur 1 Mai 2014, 10:15am

Catégories : #Mes courses

#45. Marathon de Nantes 2014: une bonne purge!

Après 8 semaines d'un plan marathon rondement mené, il est temps de s'attaquer au plat de résistance: le marathon de Nantes. Plutôt confiant, je pars le samedi sans pression. A 13h00, je retrouve avec plaisir Clément et Clarisse à la gare de Nantes et nous nous mettons en quête d'un bon restaurant. Après le repas, nous passons nous reposer à notre hôtel puis ensuite, nous filons du côté de la Cité Internationale des Congrès qui abrite le village marathon. Autant vous dire de suite que cela n'a (et c'est bien normal) rien à voir avec le Running Expo! En voyant large, on en a fait le tour en 10 minutes...

Après avoir retiré nos dossards, nous retrouvons sur place des camarades runners connus online tels que Stéphanie, Damien et Aurélien. Les amis Julien et Sébastien arrivent un peu plus tard et nous conversons au sujet de nos objectifs. Habitant sur place, Sébastien nous présente le parcours et cela ne s'annonce pas particulièrement réjouissant, surtout avec...les conditions météo prévues pour la course. En effet, nous aurons affaire au pire ennemi du runner: le vent (rafales prévues à 70-80 kmh). Je reste toutefois optimiste...

 

Après avoir pris congé de tout ce beau monde, nous repartons à l'hôtel pour le dîner. Ensuite, nous nous séparons en nous souhaitant bonne nuit. Pour ma part, j'ai une impression vraiment étrange. Comme je le dis au téléphone à mon ami Renaud, je n'ai pas l'impression que je vais courir un marathon, je me sens limite désintéressé...un mal pour un bien? En tous cas, la nuit de sommeil sera plutôt bonne même si je suis quelques fois dérangé par le bruit de la pluie et des rafales de vent qui n'annoncent rien de bon...

 

A 6h00, je me réveille tranquillement pour la collation d'avant-course (thé, pain et confiture) et je retrouve rapidement Clarisse et Clément en salle de petit-déjeuner. Il y a pas mal de runners présents qui ont également bénéficié du package dossard+hôtel et nous parlons marathon, bien évidemment. Au vu des conditions climatiques, la grande majorité dit qu'il ne faut rien attendre au niveau chronométrique. Assez ingénu, je reste malgré tout optimiste en me disant « ça va passer ». Et bien en partant au village marathon pour déposer mes affaires, je peux vous dire que ça ne va pas passer! En effet, il pleut à verse et le vent souffle déjà...

Heureusement, le poncho « Semi de Paris 2013 » que j'avais gardé, remplit parfaitement son office.

Arrivé sur place, je sens que nombre de runners sont dubitatifs et prennent (comme je les comprends) tout leur temps pour sortir du Village. En effet, il fait vraiment un TEMPS POURRI qui ne présage rien de bon. Je reste même très circonspect sur les propos d’un vétéran manifestement dégoûté : « Franchement, je vais courir à contrecoeur !! ». Qui pourrait l’en blâmer ?

 

Le départ étant situé à une dizaine de minutes du Village, je rejoins la cohorte de runners filant vers le parvis de la Cathédrale de Nantes. Nous sommes déjà bien trempés et je me demande ce que je suis venu faire ici...

Sur la zone de départ, c'est carrément la soupe à la grimace. Les quelques blagues du speaker ne font pas rire malgré ses efforts. Je discute un peu avec quelques runners qui confirment ne rien attendre de la course... à part arriver et prendre une bonne douche chaude. Certains portent des coupe-vent au dessus de leur maillot technique. Pour ma part, j'espère limiter les dégâts avec un maillot de foot technique...wait and see.

 

A 9h15, le départ est donné...sous des trombes d'eau!!!

Parcours du Marathon de Nantes 2014

Parcours du Marathon de Nantes 2014

Le parcours:

Pas particulièrement roulant, il comporte quelques faux plats et montées qui ne cassent pas particulièrement les pattes à première vue...sauf que le parcours est en deux boucles et qu'à partir du km 35, chaque montée fait mal... Démarrant en centre-ville, le parcours nous verra traverser l'île de Nantes et passer par le village de Trentemoult, intégré à la ville de Rezé. Ensuite, nous croiserons le fameux Eléphant après avoir traversé le port maritime. Retour ensuite en ville avec un passage par le Jardin des Plantes pour la deuxième boucle qui ce coup-ci, n'empruntera pas le village de Trentemout. Les portions montantes seront casse-pattes...
L'arrivée se fera juste devant le Palais des Congrès.

 

Les conditions de course: Juste EXECRABLES. Il pleut à verse et le vent souffle très régulièrement à 30kmh avec des rafales de 60-70 kmh. Une vraie partie de plaisir...

 

Ma stratégie de course : initialement parti de Paris avec un objectif 3h37-3h42, j'ai baissé la jauge à 3h40-3h45 pour essayer d'être à l'aise. Autant vous dire que cela sera difficile contre le vent. Passage prévus au km 5 en 26'10'', km 10 en 52'30'' , semi en 1h51/52, km 30 en 2h36...si possible...

Je m'arrêterai à chaque ravito pour bien boire en marchant une vingtaine de secondes.

 

La course

 

Départ-km10: RAS

Je me retiens au maximum lors des premiers kilomètres et je discute avec quelques camarades. Certains ont juste l’objectif de finir, certains visent un chrono, bref la normale. Il pleut régulièrement mais les choses se passent tranquillement. Je répère quelques passages casse-pattes qui me font réfléchir sur la gestion de course lors du passage de la seconde boucle. En tous cas, il faut signaler que nous sommes bien éncouragés par des spectateurs hyper-enthousiastes (il faut au moins ça pour braver ce temps de m****). Un peu avant le km5, nous passons le Pont Leopold Sedar Senghor et là, une bourrasque de vent latérale annonce la couleur. Je réduis un peu l’allure pour ne pas griller d’énergie mais je me doute que le prochain passage y sera difficile.

#45. Marathon de Nantes 2014: une bonne purge!

Je passe au km5 bien dans le temps et je me ravitaille sans souci. Le passage sur le pont de Pirmil est bien négocié et nous nous retrouvons du côté de Trentemoult. Autant dire que ce n’est pas le passage le plus motivant du parcours. Cette zone industrielle est bien découverte et nous prenons la marée bien comme il faut. Cependant nous sommes toujours dans l’allure : km 10 en 52’40’’, tout baigne (dans tous les sens du terme, je suis trempé!)

 

Km11-Semi : pas très glamour

 

Après un passage par le Pont des Trois Continents, nous atteignons la zone du Port Maritime. A ce moment-là, je suis frais donc aucun souci mais ces longues lignes droites n’augurent rien de bon d’autant plus que le vent souffle très fort et il faut vraiment s’employer (erreur funeste) pour maintenir l’allure. De plus, il pleut de plus en plus fort et près dui Hangar à Bananes, de magnifiques flaques d’eau parsèment le sol. Nombre de runners ralent : « Quelle galère !! » « Quand, je pense qu’il faudra repasser par là ». Oui, cela promet...

Je passe au km15 en 1h18’40’’, toujours dans les temps et bien mouillé.

#45. Marathon de Nantes 2014: une bonne purge!

De retour dans le Centre ville, nous sommes ovationnés par les spectateurs et cela fait du bien. Une courte mais abrupte montée au km 18 me donne quelques frissons : au kilomètre 36, il faudra se la coltiner de nouveau avec la fatigue emmagasinée...

A la mi-course, nous passons dans un Jardin des Plantes très boueux. Le terrain stabilisé rend la portion franchement désagréable et grasse mais jusque là, ça roule. Avec un passage au semi en 1h51’40'', je suis dans les temps, mais pas franchement heureux.

 

Km 22-31 : derniers feux

 

Rien de particulier à dire concernant le passage en Centre-ville mis à part les chaleureux encouragements de spectateurs pourtant frigorifiés (et que dire de nous...). Nous repartons sur l’Ile de Nantes en franchissant des ponts rendus hostiles par leur pente et les fortes rafales de vent qui ne cessent pas. Je maintiens toujours l’allure mais je ne prends aucun plaisir dans cette course. Le parcours commence à m’irriter, c’est mauvais signe d’autant plus que je perds un peu de vitesse.

#45. Marathon de Nantes 2014: une bonne purge!

Les choses se gâtent définitivement lors du passage du Pont de Pirmil. Je n’arrive pas à relancer sur la pente descendante et l’idée de retraverser le port maritime me décourage. Le vent souffle fort à cet endroit et là, mes cuisses éclatent littéralement à l’occasion d’une nouvelle bourrasque. Bienvenue avec le mur !

 

Km 32- Arrivée : les plus longs kilomètres de ma vie

 

Je subis la course dans les grandes largeurs. J’alterne marche et course sans y croire. Je ne peux même plus assurer le 10kmh/ et même parfois le 9km/h. Mes cuisses font très mal et je n’ai pas envie de lutter. Je me remémore plus d’une fois les paroles de ce vétéran : « Je vais courir à contrecoeur ». C’est tout à fait mon état d’esprit. Au km 32, je vois des secouristes affairés à juste titre : une coureuse gît sur le sol en Position Latérale de Sécurité. J’espère qu’elle s’en est bien tiré. Je me fais dépasser de toutes parts et les encouragements des autres coureurs et des spectateurs résonnent dans le vide : j’ai juste envie d’abandonner et ceci , plus d’une fois.

Au km 36, dans le très dur! (Crédit Photo: Clarisse Brunet)

Au km 36, dans le très dur! (Crédit Photo: Clarisse Brunet)

Cependant, il faut que je termine, je ne suis pas venu d’aussi loin pour laisser tomber donc je m’accroche. Cuisses tétanisées par le froid, short mouillé, je reste assez lucide pour voir que je peux encore terminer en moins de 4h, ça sera déjà ça de pris. Toutes les petites montées me mettent au supplice mais je prends la chose de manière positive malgré tout en souriant aux spectateurs m'encourageant par mon prénom.

#45. Marathon de Nantes 2014: une bonne purge!

Dans un dernier sursaut, je trouve les ressources pour accélérer et franchir la ligne en 3h59’31’’ réels.

 

Purge terminée: il était temps! (Crédit photo: Yves-Marie Quémener)

Purge terminée: il était temps! (Crédit photo: Yves-Marie Quémener)

L’après-course

 

Après le ravito, je mets un bon quart d’heure à récupérer mon sac. J’ai un peu le moral dans les chaussettes après cet échec cuisant mais j’arrive tout de même à discuter avec d’autres runners. Il y a eu beaucoup de galères et là, je prends pleinement conscience de ma grande naiveté : je me suis grillé à maintenir l’allure coûte que coûte face au vent. Il aurait fallu que j’oublie le chrono et que je vise au mieux 3h50. En outre, je suis rentré très tardivement dans la course au niveau mental...Pas grave, toute expérience est bonne et je reviendrai sur la distance, peut-être dès cet automne. Je retrouve Clément qui a écrabouillé son RP malgré une fin de course très difficile, bravo à lui.

Mon train étant prévu à 16h00, je ne perds pas de temps. Ce passage éclair à Nantes ne fut pas une grande réussite mais j’ai emmagasiné pas mal d’expérience et j’ai expérimenté ce fameux mur. Le marathon ne ment pas : j’ai vraiment très mal mené ma course mais je reste toujours optimiste. Cela passera tôt ou tard.

En attendant, je compte bien profiter des effets de cette préparation marathon que je n’ai jamais subi!

Commenter cet article

freerunner 20/05/2014 08:57

vraiment bravo arriver quelques secondes sous les 4 h montre la maitrise de ta course
en plus tu avais un train à prendre...:)
j'ai fait le meme exercice pour arriver juste en dessous des 3 h ...quelques secondes qui demandent beaucoup d'effort:)
le marathon est sans aucun doute la course la plus exigeante qui comme tu le dis très bien ne ment pas...
http://runfreerunner.wordpress.com

Oursinet 13/05/2014 21:57

Félicitations, pour cette volonté de fer qui t'as permis de finir ce marathon.
Tout ce travail de préparation que tu as effectué avec assiduité te permettra d'atteindre voir de surpasser tes prochains objectifs.
Bravo pour ta course et au plaisir de te lire.

legrosjoggeur 03/06/2014 22:37

Merci, Oursinet
Le travail finira bien par payer :)

Rohnny 03/05/2014 09:28

Bravo Bernard, tu as atteint l'arrivée et c'est bien là le principal. Cette course t'aura permis d'apprendre aussi... Bonne récupération et surtout bonne continuation.

El Bourda 02/05/2014 15:46

Bon au moins tu auras fait le plein d'expérience sur ce marathon nantais. Et tu y as fait de "belles" rencontres, la Forte Pluie, le Vent Côtier , le Mur et même l'envie d'abandonner, donc tu n'as plu qu'à te dire que la prochaine fois, ce ne pourra être que "moins pire" !
En tout cas, Bravo à toi d'avoir tenu malgré le manque de motivation au départ et ce temps de Merde qui vous a tous mis dans le dur.
Chapeau bas l'ami ;-)

legrosjoggeur 02/05/2014 18:39

Je te remercie, Bourda.
5 jours après, la motivation n'est pas retombée, bien au contraire ;)

Runner λ 02/05/2014 09:14

Quand les conditions météo sont exécrables, quand on prend le départ sans vraiment en avoir envie, juste parce qu'on a passé tellement de temps en préparation que ce serait ridicule de renoncer, c'est compliqué de bien gérer, de performer et même de prendre du plaisir.
Mais bon comme tu dis, on apprend de ces expériences aussi.

legrosjoggeur 02/05/2014 18:37

Salut, l'amie Runner
Tu as tellement bien résumé l'affaire que je ne rajouterais rien.
L'essentiel aura été d'aller jusqu'au bout. On passe à autre chose ;)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk')); // Twitter button !function(d,s,id){ var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0]; if(!d.getElementById(id)){ js=d.createElement(s); js.id=id; js.src="//platform.twitter.com/widgets.js"; fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs); } }(document,"script","twitter-wjs"); // Google + button window.___gcfg = {lang: 'fr'}; (function() { var po = document.createElement('script'); po.type = 'text/javascript'; po.async = true; po.src = '//apis.google.com/js/plusone.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(po, s); })();